Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Note aux lecteurs égarés ici :

Ceci est un blog somme toute assez personnel, voire intime. Je n'y publie pas régulièrement, au point que l'on pourrait se demander s'il a vraiment une utilité. Pour moi il en a une. Ce ne sont souvent que des billets d'humeur, parfois des réponses à des commentaires ou à des articles non-cités. Parfois c'est -très humblement- poétique, parfois c'est chirurgical. Parfois c'est très noir, voir gênant, parfois ce n'est que joie du quotidien. Sans transition. Parce que je suis ainsi, mais qu'il n'y a qu'ici que je peux faire sortir ça de cette façon.


Certains textes peuvent être violents, parce qu'ils parlent avec crudité de sexe, de troubles du comportement alimentaire, de dépression, ou de viol. Ceci est donc un avertissement à l'attention de ceux qui ne souhaitent pas s'y confronter.

22 janvier 2009 4 22 /01 /janvier /2009 06:06
Une connaissance m'a dit : "oui justement fais gaffe à pas trop t'enfoncer chez toi au risque de perdre toute vie et habitudes sociable....."
Ahah ! Trop tard ! J'ai plus rien d'autre que mon chez moi, maintenant... J'ai plus d'amis. Je fais semblant et ils font semblant les rares fois où l'on se voit... Tout n'est qu'apparence. Je ris pour cacher ma douleur. Je bois aussi... Plus que de raison parfois... Je fume aussi, ça m'occupe les mains, ça me donne une contenance, un genre...

Savez-vous ? Savez-vous à quoi nous rêvons à quoi nous pensons, nous autres, anorexiques, boulimiques de tout poils ? Connaissez-vous nos critères, nos normes, nos valeurs ? On connait nos signes cliniques... Le nom de nos symptômes... Nous, on sait faire la différence entre une taille 2 de chez Jenypouffer, une taille 1 de chez Camaïeu, entre une taille 36 de chez camaïeu et une taille 34 des comptoirs des cotonniers... Moi je connais bien aussi le 38 de chez Gemo, et le 42 de pimkie... Je sais aussi calculer la quantité de ce que j'ai vomi par rapport à la quantité de ce que j'ai mangé... Je sais calculer mon IMC, je sais faire des plans sur la comète, je sais calculer le poid de ce que j'ai mangé comme le nombre de calories... Je sais fermer les yeux en montant sur la balance... Je sais pleurer. Je sais être pitoyable. Je sais rêver ce qu'aurait pu être ma vie.


Repost 0
Published by ephemere-deletere - dans délétère
commenter cet article
20 janvier 2009 2 20 /01 /janvier /2009 07:07
Je voudrais bien faire quelque chose. Oui, ça c'est sûr, je voudrais bien. Mais je n'y arrive pas. Je ne PEUX pas, c'est tout. Je ne sais pas s'il faut dire que c'est "au-dessus de mes forces". Je n'en suis pas tout à fait sûre. C'est plutôt que j'ai une peur panique d'entamer la moindre action. Je peux répéter ça sans fin, ça ne change rien. Je n'y arrive pas. Je me mens toute la journée en disant que demain, promis demain, je vais faire tel ou tel truc. Et j'attends. Et je repousse.Et j'attends, et je repousse. C'est insupportable.
J'attends un truc, mais je ne sais même pas quoi. C'est douloureux. L'incertitude fait mal. Et l'attente encore plus.
J'ai froid, j'ai chaud. J'ai la nausée, la migraine, mal au ventre, des démangeaisons. Je suis là et j'ai l'air d'une idiote. D'une parfaite idiote...
Repost 0
Published by ephemere-deletere - dans délétère
commenter cet article
18 janvier 2009 7 18 /01 /janvier /2009 07:07
Si je n'écris pas beaucoup ces derniers temps, c'est parce que je mange... Je mange ! Je pense bouffe... Je vis bouffe... Je fais semblant de m'aimer... Je fais semblant de sourire... Bon d'accord, je souris sincèrement aussi, parfois... Rendons à la Chose ce qui est à la Chose...
Chose... C'est bien ce que je suis... Anéantie... Annihilée... Déshumanisée par ces histoires de poids, d'image et de bouffe... Par ces blogs aussi... Par cette écriture qui vit à ma place... Par Mlle B. et éphémère-délétère... Par ces avatars sans vie, sans odeurs, ni saveurs... Par ces illusions de moi-même ou d'une autre.

L'impression de ne plus être un être humain, mais juste une enveloppe vide. Un corps inactif qui se restreint et se remplit tour à tour, mais sans âme, sans sociabilité.
 
Pourtant je suis active. Je bloggue à tour de bras. Peut-être pas toujours chez moi. Peu d'articles ces derniers temps... Mais des commentaires à lire et à comprendre, des réponses à faire, des visites à rendre (j'en ai en retard d'ailleurs), des commentaires à faire aux autres, des discussions sur les fils et les chats, des recherches à effectuer pour avancer dans ma connaissance des ordis et d'internet, des réflexions à faire, des concessions aussi.
Mon esprit bouillonne ces derniers temps... Pas toujours de manière constructive et fertile je dois bien l'avouer... Les insomnies ont retrouvé le chemin de ma p'tite tête.
La clope au bec, je tapote sur mon clavier, je lis, je ris, je réfléchis, je construis, j'échaffaude des plans sur la comète.

Je me remplis de bouffe en tentant vainement de vider mon cerveau... Quelques kilos repris : 3, et la sensation d'être obèse déjà si présente. Vu de l'extérieur, j'imagine à quel point ça doit être triste. Les gens ne me trouvent probablement ni grosse ni mince, peut-être quelques rondeurs et des épaules larges tout au plus : 66,6kg, le chiffre de la Bête... Hihi...
66,6kg, pourtant pas le Pérou ce chiffre ! Mais dans ma tête abusive il tourne et retourne et sonne le glas de ma minceur inventée. Je me regarde, me scrute dans la glace, et je vois du rond et du flasque partout. Des vergetures qui se multiplient pour zébrer mon corps déjà tigré par les cicatrices... Un véritable animal sauvage que je suis ! Un fauve en furie !

La colère est là en même temps que les kilos, et mes proches trinquent... Moi aussi, mine de rien. Je retourne ma haine de moi-même dans les baffes verbales que j'envoie contre les Autres. Une envie de cogner. De cogner les murs qui m'emprisonnent. De cogner l'Humain qui approche l'Animal de trop près. De cogner les images qui m'agressent. De cogner mon passé pour qu'il retourne dans les cordes. De cogner mon corps tant haï. De me cogner aussi. De me cogner pour me punir de ma connerie, de mes abus, de ma vision, de ma propre colère...
Repost 0
Published by ephemere-deletere - dans délétère
commenter cet article
13 janvier 2009 2 13 /01 /janvier /2009 11:54
"Tu es une incapable !"
Et paf ! La phrase a retenti en moi comme une bonne grosse giffle. Cette phrase, c'est mon père qui l'a prononcée... Et ce n'était pas la première fois... Une incapable... Ca doit être vrai que j'en suis une... Pourquoi cette phrase aujourd'hui ? Parce que je n'ai pas été capable de soulever un frigo... Je suis donc bien une incapable... Une incapable déménageuse ! Une incapable mangeuse, une incapable sociale, une incapable amoureuse, une incapable amante, une incapable vivante... Bref, une incapable, quoi ! Une bonne vieille incapable de la vie...
Papa, pourquoi tu m'as dit ça ? Pourquoi t'a été si cruel ? Tu croyais que je ne le savais pas ? Papa, c'est toi que j'ai adoré pendant des années qui me dit ça aujourd'hui... C'était vraiment nécessaire de me le rappeler ? J'ai mal, moi, Papa ! Tu ne sais pas comme j'ai mal ? Tu ne sais pas ce que sont ces mots dans ta bouche ? Tu pensais que je ne savais pas encore à quel point j'étais nulle ? Minable ? Incapable ?
Et me revoilà en train de pleurer dans une voiture, la tête collée contre la vitre, les yeux qui se perdent dans le paysage... Ca faisait longtemps... Vitre froide et sale contre mon front. J'avais oublié. Déjà ?
Un silence. Noir et profond. Un véritable abîme. Un canyon de froideur entre nous.

Décevoir. Ma spécialité. Ma marque de fabrique en quelque sorte.

Décevoir. Presque un challenge pour moi.





Repost 0
Published by ephemere-deletere - dans délétère
commenter cet article
2 janvier 2009 5 02 /01 /janvier /2009 06:22

23 ans et toujours une pauvre gamine à l'intérieur, coincée dans un corps de femme. Ah ça ! Pour avoir un corps de femme, j'en ai bien un... Aucun doute là-dessus ! Un bon corps bien sexué. Avec des seins lourds, un cul rond, des hanches larges, une taille marquée, des cuisses, des joues rebondies, une bouche pleine, des petites dents bien droites, des yeux bleus en amande nuancés de vert et de gris, des pieds fins... Une caricature de pin-up ! Une vraie... Une grande...
Et des cicatrices, partout... Dedans, dehors... Des grains de "beauté" en pagaille, et des taches de rousseur quand le soleil se prête au jeu... Du maquillage, pour cacher, pour me fabriquer un masque...

Et du vide à l'intérieur... Et du vide dedans. Du vide qui remplit.

Mal, comme à mon habitude... Très mal et très vide... Je me demande même pourquoi je l'écris. C'est d'un banal !
Pauvre, pauvre petite fille...
Pauvre, pauvre petite conne...

Ah oui ! Et Bonne Année !

Repost 0
Published by ephemere-deletere - dans délétère
commenter cet article
31 décembre 2008 3 31 /12 /décembre /2008 00:05

Autant je riais à gorge déployée ce matin de notre situation désastreuse, autant cette fin d'après-midi j'enrage intérieurement. La question est : qu'est-ce que je fous ici ? Qu'allais-je donc faire dans cette galère ?
Je suis là... Je pourrais aussi bien être ailleurs. ACDC en fond... C'est déjà ça...

Le panini et le croissant pèsent dans mon estomac. Je n'ai même pas mal. Frappez-moi, ça m'est égal. Je voudrais des traces noires le long de mes joues. Je voudrais la neige dans mes cheveux... Brrr... Trop froid. Je voudrais ouvrir grand la bouche et l'avaler de bon coeur...Oh ! Indécence... Je pense à quelqu'un... Ca m'occupe... Ca m'intrigue aussi... Je me demande que font-ils de l'autre côté de la France ? Ont-ils mal ? Ont-ils du plaisir ? Ont-ils de la haine ?


Qu'importe au fond...?

Enfermée dans mes contradictions comme d'habitude. Mais aussi, dans celles des autres. Accepter les contradiction des autres m'est aussi difficile que d'accepter les miennes...

Repost 0
Published by ephemere-deletere - dans délétère
commenter cet article
24 décembre 2008 3 24 /12 /décembre /2008 06:25

Et voilà ! Je m'énerve...
J'étais descendue. Je suis remontée. Je suis un peu redescendue. Et maintenant ça bloque. Balance coincée sur un chiffre depuis plus d'une semaine... Ça me laisse perplexe et ça m'agace ! Bordel à queue de piano ! M'énerve... C'est un des rares trucs qui me touchent encore. Me fiche de tout. Plus d'importance. Sauf mon image et ma balance. Un chiffre que je n'aime pas juste en dessous de l'aiguille. Je ne sais pas pourquoi. Mais celui-là, je le déteste profondément ! Si seulement ça pouvait être celui d'en-dessous... Vous me direz, me connaissant, si j'étais bloquée sur celui d'en dessous, je le détesterais probablement aussi, et je ferais désespérément les yeux doux à celui encore plus bas... Mais bon celui-là, je ne l'aime décidément pas. D'abord j'aime pas les 5 ! Pis j'aime pas tous les chiffres impairs non plus de toutes manières... Je suis le dictateur des chiffres ! Et ma balance est mon dictateur à moi. Ça c'est la classe ! Avoir son propre tyran, rien que pour soi ! La seule dont l'amour et la haine m'importe... La seule dont l'avis est important...
Faut dire qu'elle est très douée en propagande la petite s*l*p* ! Elle sait très bien comment gérer ma vie dans ses moindres détails ! Une vraie chienne, tous crocs dehors, avide de mon sang, de ma chair ! Elle m'attend au détour, la bave au lèvres... Et si j'oublie le passage obligatoire par chez elle, elle saura me torturer sans fin.

Plus je mincis sans maigrir, plus je me déteste. Plus je me déteste, plus je deviens narcissique. Cherchez pas, moi j'ai toujours pas compris...

Je rêve en permanence. Normal, je ne suis plus foutue de vivre. Comme une pauvre idiote, je rêve de mon corps parfait, pure utopie... Je rêve de mes os. Je rêve de mes vêtements flottant autour de moi... Je rêve d'une autre fille, une autre moi, évanescente... Un charmant fantôme... Quelle absurdité !

Repost 0
Published by ephemere-deletere - dans délétère
commenter cet article
20 décembre 2008 6 20 /12 /décembre /2008 12:42

La faim est revenue... En même temps que la nourriture. Je me hais. Oui, je parle de la faim, pas de l'envie. Cette faim qui fait grogner mon ventre. Cette faim qui me fait souffrir le martyr.

Extraordinairement, les malaises sont revenus aussi. Mon organisme doit être particulièrement fatigué... Moi, en tous cas, je suis fatiguée. Fatiguée de tout ça, même si je sais que tout va repartir pour un nouveau "cycle"...
Ca fait mal. Ca fait mal d'avance et ça fait mal sur le coup. J'ai l'habitude. Mais ça surprend toujours un peu.
Je mange. Peu, mais je mange. Un peu nimporte quoi, un peu nimporte comment, un peu nimporte quand. Normal. C'est mon habitude. Je ne sais pas gérer ma faim et mes envies.
Je me sens un peu lasse de tout ça, sans pour autant réussir à mettre un bâton dans les roues de l'engrenage pour le faire cafouiller. C'est encore difficile de tendre la main. Certains jours, je ne suis même pas certaine de vouloir de l'aide. D'autres, je supplie en moi-même qu'on m'en accorde.

Repost 0
Published by éphémère-délétère - dans délétère
commenter cet article
13 décembre 2008 6 13 /12 /décembre /2008 04:59

Envie de casser quelque chose !!! Si possible moi, par exemple... Je ne supporte plus tout ça ! Je ne me supporte plus ! Je ne le supporte plus ! Mal ! Mal partout ! Mal dans les tripes, dans les os, dans la tête, dans le coeur ! Je manque d'air... Envie de hurler, de taper, de cogner, de faire mal, de pleurer ! Mais où est ma vie bordel ? Mais où est-ce qu'elle est passée ? C'est pas vivre ça ! J'suis une plaie béante ! J'voudrais fuir, mais, même ça je n'y arrive pas... J'ai mal ! Putain de bordel de merde ! J'ai putain de mal...
J'suis qu'une pauvre merde ! Tout le monde s'en balance... J'voudrais que tout s'arrête... C'est allé trop vite ! J'ai rien eu le temps de comprendre... Je comprend toujours pas...

Et ce soir... Ce soir... Bordel ! Je ne sais pas comment je vais faire pour supporter ça... Soit je vais essayer de me contrôler, de sourire, de faire comme d'habitude comme si de rien n'était, en ayant de plus en plus mal à l'intérieur... Soit je vais me gaver, me bourrer la gueule jusqu'à ne plus savoir pourquoi j'ai mal...

Quel super programme !

J'ai envie de me barrer en courant ! De leur dire : "Allez vous faire foutre ! Vous n'avez pas voulu de moi telle que j'étais, éh bien, c'est bon, je me casse !"

Repost 0
Published by ephemere-hecate - dans délétère
commenter cet article
9 décembre 2008 2 09 /12 /décembre /2008 02:02
 

J'ai de nouveau une relation sexuelle. Orale. Avec ma main.


J'ai remangé sans me poser trop de questions et sans trop me torturer l'esprit, ce week-end. Il fallait s'attendre à ce que je replonge la tête la première dans mes toilettes...


Je regarde un reportage, déjà vu... J'apprend à nouveau que je mange trop avec ma tête... J'apprend aussi que les troubles du comportement alimentaire sont sont une forme de troubles de la personnalité.


Certains ont beau dire que l'anorexie a toujours existé, c'est certes vrai, mais on constate une nette augmentation des troubles du comportement alimentaire durant la dernière décennie. Ce ne sont plus seulement des maladies mentales, psychiatriques, c'est devenu des maladies sociétales. Il paraît qu'on vomit pour rejeter sa vie, pour rejeter le monde qui nous entoure. Il y a sans doute du vrai. On considère beaucoup plus l'obésité, l'hyperphagie et la boulimie comme sociétale, mais l'anorexie reste "à part". On n'arrive pas à imaginer qu'une société "d'abondance" puisse engendrer une telle restriction. Pourtant il s'agit aussi d'une société d'images et d'image. De soi, des autres, du corps, même de son "mental"... Une société d'hyper-contrôle... De soi, des autres, du corps, de son mental, encore...


Et si on parlait des régimes comme des "troubles alimentaires" ? Et si on parlait de l'effet yoyo comme une conséquence de ces troubles ?


Et la peur ? La peur de nos assiettes... Est-ce que ça a un rapport ? La peur de la vache folle. Des hormones. Des toxines. Des pesticides. Du gras. Du sucre. Du sel. Et j'en passe...


Le moment du repas ? Un moment critique. Un moment de parole aussi, souvent. La parole, dans tout ça ? Elle a son importance. Je ne sais pas exactement comment. Mais je sûre qu'elle a son importance !

L'écriture est ma parole de combat depuis longtemps maintenant. L'écriture scolaire, d'abord. L'écriture pour moi, ensuite. Et enfin l'écriture "pour les autres". L'écriture sur ces blogs. L'écriture qu'on partage...

Repost 0
Published by hécate - dans inclassable
commenter cet article

Présentation

  • : éphémère et délétère
  • éphémère et délétère
  • : Le blog d'une anorexique-boulimique, angoissée, névrosée, scarifiée, dépressive de plus...
  • Contact

Un jour. Ailleurs.

Pages