Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Note aux lecteurs égarés ici :

Ceci est un blog somme toute assez personnel, voire intime. Je n'y publie pas régulièrement, au point que l'on pourrait se demander s'il a vraiment une utilité. Pour moi il en a une. Ce ne sont souvent que des billets d'humeur, parfois des réponses à des commentaires ou à des articles non-cités. Parfois c'est -très humblement- poétique, parfois c'est chirurgical. Parfois c'est très noir, voir gênant, parfois ce n'est que joie du quotidien. Sans transition. Parce que je suis ainsi, mais qu'il n'y a qu'ici que je peux faire sortir ça de cette façon.


Certains textes peuvent être violents, parce qu'ils parlent avec crudité de sexe, de troubles du comportement alimentaire, de dépression, ou de viol. Ceci est donc un avertissement à l'attention de ceux qui ne souhaitent pas s'y confronter.

25 décembre 2009 5 25 /12 /décembre /2009 03:43
Je pense que je ne m'en sortirai pas. Parce que j'ai le coeur brisé. Tout simplement. Et que je n'aurai pas assez d'une vie pour ramasser tous les morceaux. Parce que je me sens trop seule, trop petite et trop incapable.

Certains me diront : "Mais non, tu fais du misérabilisme pour qu'on s'intéresse à toi. C'est pas vrai. Tu n'es pas seule, et tu n'es pas incapable..."
Mais si. Je ne demande pas qu'on me plaigne ou qu'on s'intéresse moi. Depuis le temps que je vais mal, ça se saurait si les gens s'intéressaient plus... Et si, je suis seule. Parce que mes problèmes il n'y a que moi qui peux les résoudre. Sauf que seule, je n'y arrive pas. C'est une impasse. Je suis dans une impasse avec mon coeur en morceaux. Il a été trop de fois piétiné, déchiqueté, explosé.

Je peux même vous dire quelle a été la fois de trop. La fois qui m'empêche de me relever une énième fois... C'est une rupture. C'est con. Ce n'est rien de plus qu'une bête rupture amoureuse... Mais ça a été la fois de trop. Les promesses envolées, les espoirs évanouis, les envies qui disparaissent, la vie mise en stand by. Je ne dirai pas que j'aime encore l'homme qui a achevé de briser de mon coeur. Je ne dirai pas que je suis incapable d'aimer depuis. Ce serait faux. C'est juste un constat : je ne peux plus me relever depuis "ça". Tant de fois je suis tombée auparavant. Tant de fois je me suis relevée, j'ai avancé, d'une manière ou d'une autre, pas toujours la "bonne"... Mais je me suis appuyée sur mes poignets, j'ai forcé sur mes jambes et je me suis mise debout à nouveau. Maintenant j'en suis incapable.
J'ai essayé.
Je jure que j'ai essayé.
Certains ne me croiront pas. Je m'en fous. Je ne suis pas cette paresseuse qui se complaît dans sa merde et sa douleur que j'ai l'air d'être certains soirs, et que certains pensent que je suis. Putain de merde, j'ai essayé. J'ai même essayé de refaire les erreurs du passé pour tenter de passer par des chemins détournés. Je me suis fourvoyée et je suis restée au sol. Comme une loque. J'ai essayé de faire des projets, de me donner des objectifs. Je me contente juste de tout foutre en l'air. Et de retrouver ce maudit sol.


Je ne suis pas née comme ça. Je n'étais pas comme ça avant. Je ne veux pas redevenir ce que j'étais avant non plus, ce serait une utopie absurde. Mais je ne m'en sors pas.
Je ne suis pas capable de devenir autre chose que ce que je suis à l'heure actuelle. Cette fille un peu étrange, un peu trop sensible parfois, un peu trop triste, un peu trop joyeuse. Cette fille qui préfère ne penser qu'à la façon dont elle va s'habiller, se coiffer, qui préfère passer sa journée à rire de bêtises, pour oublier que sa vie est au point mort, pour oublier qu'elle n'a plus envie de rien, pour oublier qu'elle n'a pas trouvé la solution, finale ou non.

Je veux oublier que je ne sais pas si je veux vivre ou mourir. Je veux oublier que je me sens minable. Je construis ma propre muraille autour de moi. Je m'enferme dans un palais imaginaire. Je façonne une carapace qui me permet d'avoir un semblant de vie mais qui m'empêche de vivre vraiment et de me relever. Je tente d'avancer à quatre pattes ou en rampant, le nez dans la boue, des oeillères sur mes paupières déjà closes. Et je m'étale de tout mon long. Je reste comme une statue figée dans la glaise et le temps.

Je ne m'en sors pas.
J'ai le coeur brisé.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bee - dans délétère
commenter cet article

commentaires

Caducee 19/02/2010 07:21


Coucou par ici, coucou par là ! :)

De petites nouvelles ? Même pas un petit peu ? Juste un coucou, un signe, quelque chose ?

Bisous


Bee 24/02/2010 07:20



Désolée, je ne passais pas trop ici ces derniers temps. Il y a plus de nouvelles demots sur mon autre blog . Je n'ai juste pas les
mots pour parler. Ca va. Ca ne va pas parfois. Mais je n'ai pas les mots en ce moment.
Bise.



Koulou 16/02/2010 17:33


et pourtant s'en sortir est possible même pour toi. Bien sur, tu n'y crois pas parce que tu ne parviens pas à "voir comment" et ne "t'en sens plus la force" et pourtant, la ressource est là un peu
en dehors de ce que tu crois être, un peu à côté, un peu.... mais à porté de main, à porté d'âme et de coeur.

Ta difficulté viens de "ce à quoi tu t'identifie " en tant que "moi-je"... C'est difficile à expliquer, mais, la complexité de ce que tu décris fort talentueusement au fil de ce blog, comme étant
"toi" et ta croyance en le fait que c'est effectivement toi et que tu te limiterais à ça, est la cause de ta difficulté à en sortir. Si seulement tu te mettais un peu à douter de ce que tu crois
être....

enfin, ça arrivera un jour, il faut l'espérer, avant que ton indentification à ta propre histoire ne t'amène à t'auto-détruire totalement... Rien n'est sûr mais... tout est possible. Le pire comme
le meilleur. Et c'est là que tu as ton rôle à jouer pour t'auto-sauver.

en attendant nous observons et retenons notre souffle. Une vie est en jeu, la tienne.


janette 10/02/2010 13:18


Bonjour..inutile de te dire que tu n'es pas seule, tu ne le croirais pas et pourtant il existe des gens qui ne jugent pas et essaient d'écouter les autres..je crois en faire partie alors si tu as
envie de me répondre je suis là..je t'embrasse Janette


Bee 24/02/2010 07:50



Je sais que je ne suis pas seule. Je ne le sais pas toujours. Ma raison le sait, mais mon cœur l'oublie. Merci pour ton passage ici.
Bise.



Caducee 16/01/2010 11:56


Coucou toi

Alors ces morceaux, ils se sont recollés ?

Qu'est-ce que tu deviens?

Bises


Bee 04/02/2010 12:21



Les morceaux ne pourront pas se recoller je pense, mais il est sûrement possible d'en construire d'autres. Pour l'instant je dessine beaucoup, je me consacre plus
à mon autre blog, et je n'ai pas l'envie ni la "nécessité" d'écrire ici... Mais je vais plutôt bien. Bise.



ppm00 10/01/2010 13:06


"Où est-ce que j'ai dit que je voulais un prince chrmant très amoureux ?"

Tu ne l'a pas dit, c'est moi qui illustre mon propos en disant "même si", car les princes charmants sont réputés "guérir" les cœurs brisés, comme si ces cœurs étaient malades d'être seuls. La
solitude n'est pas une maladie, être heureux seul est même la preuve qu'on est viable, et c'est une étape important avant de mélanger ses propres problèmes à ceux d'un autre (surtout que les
problèmes attirent les problèmes).

J'ai du mal à croire que ton malaise vienne de cette "fois de trop". Pour moi ton malaise pré-existe, il est latent, enfoui et parfois oublié, et il a été révélé par cette expérience,
peut-être.

Essaie de te concentrer sur ce qui te fait mal, sans te complaire dedans non plus. Ne cherche pas à tout prix à trouver le "coupable" ou la "cause", écoute seulement ce qui vient de toi sans a
priori. Ce ne sont pas des mots, ni des choses qui s'expliquent avec des mots, ni même des sentiments. Recherche des émotions animales, mon crédo, c'est de croire que tout prend racine dans la
maltraitance du nourrisson, avant le verbe, et que le reste de la misère humaine se dépose sur cette peur qui nous a été donnée avec la vie. On en parle chez Pakita.
Je te souhaite pas la bonne année, faut pas pousser, mais le cœur y est.
Bise.


Présentation

  • : éphémère et délétère
  • éphémère et délétère
  • : Le blog d'une anorexique-boulimique, angoissée, névrosée, scarifiée, dépressive de plus...
  • Contact

Un jour. Ailleurs.

Pages