Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Note aux lecteurs égarés ici :

Ceci est un blog somme toute assez personnel, voire intime. Je n'y publie pas régulièrement, au point que l'on pourrait se demander s'il a vraiment une utilité. Pour moi il en a une. Ce ne sont souvent que des billets d'humeur, parfois des réponses à des commentaires ou à des articles non-cités. Parfois c'est -très humblement- poétique, parfois c'est chirurgical. Parfois c'est très noir, voir gênant, parfois ce n'est que joie du quotidien. Sans transition. Parce que je suis ainsi, mais qu'il n'y a qu'ici que je peux faire sortir ça de cette façon.


Certains textes peuvent être violents, parce qu'ils parlent avec crudité de sexe, de troubles du comportement alimentaire, de dépression, ou de viol. Ceci est donc un avertissement à l'attention de ceux qui ne souhaitent pas s'y confronter.

30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 14:14
Je n'existe pas. Je ne suis qu'une illusion...
Pourtant mon corps lui existe trop... Toujours trop à mon goût... Et à mon dégoût.
Je n'existe pas. Je n'ai pas de vie. Je suis morte pour ce monde. Le monde tourne. Et moi je reste immobile. Je ne l'observe même plus. Les gens vivent. Ils font des projets, ils les réalisent... Et moi je reste assise là, sans rien faire. J'ai l'impression d'attendre que la terre s'arrête de tourner pour que je puisse vivre. Je n'existe pas au milieu des autres. J'ai fait des efforts. J'en ai fait. Ils sont apparus tellement minables à côté de ces "autres"... Tellement petit. Je me sens petite, minuscule, quantité négligeable... Et pourtant je sens que je prends trop de place. Je suis là. Comme une grosse tache de sauce, bien voyante. Inutile. Sale. Sans intérêt. Gênante même.

J'ai 24 ans... Et rien n'a changé...
Bon anniversaire moi.

Partager cet article

Repost 0
Published by Mlle B. - dans délétère
commenter cet article

commentaires

ppm00 29/12/2009 11:00


"Je voudrais trouver un sens à ma vie" ? ... j'ai dit ça où ?
Tu ne le dis pas comme ça, mais c'est ce que je comprends.
Beaucoup de gens se trouvent un sens de la vie, et après ils pédalent toute leur vie en regardant bien le guidon ... et pas trop le paysage. Ta réserve à fuir l'immobilité pour le mouvement
rassurant est plutôt saine.

Mais, en conclusion, tu ne veux pas trop embêter tes parents que tu aimes car ils t'ont déjà tellement donné les amours. Sauf que si t'as des ailes de bonsaï pour t'envoler c'est peut-être parce
qu'ils t'ont pas donné les bonnes croquettes aux vitamines B52, ou qu'ils t'ont poussé du nid un tout petit peu trop fort à une certaine époque (hypothèse, je n'en sais rien).

En tout cas, ne culpabilise pas, ils ont leur part de responsabilité dans ta peur de te jeter à l'eau. En plus l'eau est froide et sale en ce moment, alors prend ton temps :)


ppm00 25/12/2009 12:17


"Être esclave de moi-même..."
Je parle du côté chiant de l'esclavage:l'obligation de faire les choses (quand bien même elles sont agréables, mais le fait que ce soit obligatoire).

"Comme si ça les mettait en colère de voir qu'on peut ne rien faire et aller pas si mal que ça."
Ben oui, ceux qui bossent le font souvent pour oublier de vivre. A fond dans le boulot, dans les achats, dans les enfants ... sans être jamais présent dans rien.

Tu voudrais trouver un sens à ta vie, balivernes ! le sens de la vie c'est d'être heureux, pas d'être utile !

"Je suis une méga fougère qui se laisse balloter par les vents."
Arrête tes keuponneries, c'est très bien être une fougère, ça pollue pas, ça fait chier personne, ça retiens l'humidité pour les petites mousses qui poussent en dessous et tous leur habitants.

"Pour ne pas être la gamine redevable éternellement à ses parents qui lui permettent de vivre sous un toit dans un appart chauffé."
C'est un autre problème, qui n'a rien à voir.
Là tu es confrontée à l'obligation de vivre dans une société post-industrielle et restée productiviste (alors que les objectifs réels de production sont dépassés depuis longtemps et qu'on force la
consommation pour écouler les stocks).
Mais tu n'es pas responsable de cette société de merde :) ne culpabilise pas, même si tes parents font un peu la gueule ...

"m'enferrer dans une vie comme le genre précédemment cité."
Ouais, c'est l'engrenage des temps modernes, une fois que t'as mis le doigt dedans, c'est vachement dur de décrocher. Mais c'est possible car je le fais. Cela m'a coûté la femme, la baraque, la
bagnole, le chien, les 2 chats, mais j'arrive à rester bien avec mes enfants, on va devoir s'organiser, mais c'est mieux de s'organiser que de travailler ... du moins pour moi.

"je suis l'esclave des mes peurs et de mes angoisses."
C'est le travail de la vie, pour tout le monde.

"Je pense que ton fils a de la chance en réalité."
On a tout fait pour laisser une enfance à nos enfants, même si la déchirure et le divorce c'est horrible.
Car mine de rien, l'école c'est l'usine pour enfants.
Le travail des enfants est interdits, mais l'école c'est presque obligatoire, on se moque de qui ?
Après quand on est grand on est allergique à l'usine, c'est pas étonnant quand on s'est fait voler notre enfance à pointer à l'école dès 3 ans.
Quand je regarde les enfants et les étudiants, je suis impressionné de voir comment ils bossent, à être au taf toute la journée pour ne pas produire grand chose, mais surtout pas faire chier papa
maman qui travaille comme un esclave.
L'école est une clef de l'esclavage de notre société, en tant que garderie/stockage de l'enfance sacrifiée, et en tant que moule des futurs esclaves car en plus, les profs bourrent la têtes des
mômes avec les thèses officielles.

"Tu veux pas m'adopter ?"
Moi aussi je cherche une famille d'accueil, pas des parents (j'ai fait le deuil) mais plutôt une famille qui cherche un papa d'occasion :) ou peut-être une communauté de hippies ...

Je ne veux plus être esclave, alors comme je te dis on vend la baraque, la femme rachète une maison en campagne. Et moi je rêve d'aller aussi à la campagne pour cultiver mon jardin et travailler le
moins possible pour ces actionnaires qui gagnent de l'argent en dormant, j'ai pas la motive.
J'ai travaillé dans la hightech, militaire (piégé par une boite de service, pas longtemps), médical (tous pourris), transports (bien vendus), multimédia (anciens militaires reconvertis pour être
fiables sur les petits secrets inavouables liés au contrôle de l'information) et tout cela me gave.
Pour leur échapper, j'ai monté une boite, je me suis heurté aux pratiques commerciales en vigueur (corruption, conflits d'intérêts, financements occultes) et au blockout (impossible d'acheter le
matos si par miracle tu trouve des clients à peu près cleans).
Alors en attendant que ça crève tout ce pourri, je vais cultiver un jardin et profiter de mes enfants tout en travaillant le minimum pour survivre, ce qui n'est pas non plus facile.


Bee 29/12/2009 03:02



"Je voudrais trouver un sens à ma vie" ? euh pareil que dans le comm sur morcelée... j'ai dit ça où ? j'ai justement dit que je voudrais avancer et
"J'aimerais au moins aller quelque part, plutôt que de rester dans ce néant qui me sidère. Même si ce quelque part n'est pas "productif", "rentable", "... donc ça revient à la même chose
que ton "le sens de la vie c'est d'être heureux, pas d'être utile", non ?
Sisi, être une fougère ça fait chier quelqu'un : moi ! Et j'en ai rien à foutre des petites mousses qui poussent en-dessous... On parlait pas justement de "l'utilité" juste avant ? Ben j'm'en
fous de la mousse vala ! :p
Mes parents ne me font même pas la gueule en fait... C'est juste moi qui suis bien socialisée... Ca me fait chier de dépendre d'eux pour tout...
Bon j'arrête là parce que ce soir j'ai vraiment la flemme et une bonne migraine...
Bonne cultivation de jardi, bises.



Helliot 25/12/2009 09:25


Bon Noël Bee,
Tu n'es pas seule, nous sommes quelques lecteurs avec toi. Quand on est capable de faire des réponses comme tu le fais ça veut dire que tu es capable d'analyser et donc d'avancer. J'ai été un peu
aidé dans ma dépression par certaines personnes du chat OB sans les connaître. Je ne sais pas si je vais me relever totalement de mon état. En tout cas j'essaie de continuer vers d'autres objectifs
et de ne pas me couper de tout le monde. Tous les soucis accumulés permettent de faire un tri dans ses copains , amis et famille. Si tu as besoin de parler tu as mon mail. Je te fais plein de
bisous d'étoiles du ciel de Noël.


Bee 25/12/2009 13:40



Je te souhaite plein plein de courage pour te relever. encore une fois : passe un bon Noël, Helliot. Bises.



catherine 25/12/2009 05:05


Quand on devient maman, on ne devient pas en même temps intelligente, lucide.
Aimer, c'est difficile, parfois on ne sait pas comment le dire...
parfois, on ne s'aime pas assez pour pouvoir aimer bien même ses propres enfants...
La vie est difficile, pour les mères, pour les filles
Et puis une maman, c'est juste un tuteur, un tuteur plus fragile que la plante qu'il est sensé maintenir
De toute façon c'est la plante qui est intéressante, ce qu'elle va devenir, comment elle va grandir..
Et moi, je vois que vous grandissez merveilleusement bien.
Vous vous cherchez : preuve d'intelligence!
Vous hésitez : ouf, les gens sont si sures d'eux!
Vous vous trompez : mais vous en êtes consciente!
Vous écrivez, vous pleurez, vous criez votre colère, votre désarroi : tant mieux vous êtes vivante
Je n'ai pas dans ma toute petite vie eu autant d'expérience et de courage que vous
Vous êtes belle et vous ne le savez encore pas, mais un jour, un autre vous le dira..un qui aura de l'importance, un qui captera vos désirs, vos peines, vos joies..
un sacré chanceux qui n'aura pas comme compagne une petite fille lisse et sans expérience
Je vous embrasse!
Katy


Bee 29/12/2009 02:34



Merci pour ton commentaire. Je n'ai pas les mots pour y répondre en ce moment, mais merci beaucoup.
Bises.



Caducee 22/12/2009 22:58


Quoi de neuf, demoiselle ?

Je te souhaite de passer d'agréables fêtes de fin d'année.


Bee 25/12/2009 03:47



Pas grand chose de neuf.
Merci, bonnes fêtes à toi aussi.



Présentation

  • : éphémère et délétère
  • éphémère et délétère
  • : Le blog d'une anorexique-boulimique, angoissée, névrosée, scarifiée, dépressive de plus...
  • Contact

Un jour. Ailleurs.

Pages