Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Note aux lecteurs égarés ici :

Ceci est un blog somme toute assez personnel, voire intime. Je n'y publie pas régulièrement, au point que l'on pourrait se demander s'il a vraiment une utilité. Pour moi il en a une. Ce ne sont souvent que des billets d'humeur, parfois des réponses à des commentaires ou à des articles non-cités. Parfois c'est -très humblement- poétique, parfois c'est chirurgical. Parfois c'est très noir, voir gênant, parfois ce n'est que joie du quotidien. Sans transition. Parce que je suis ainsi, mais qu'il n'y a qu'ici que je peux faire sortir ça de cette façon.


Certains textes peuvent être violents, parce qu'ils parlent avec crudité de sexe, de troubles du comportement alimentaire, de dépression, ou de viol. Ceci est donc un avertissement à l'attention de ceux qui ne souhaitent pas s'y confronter.

19 novembre 2008 3 19 /11 /novembre /2008 15:53

Essayer de bouger. Essayer d'avancer. Tous les jours un petit peu. Un petit peu tous les jours.
Essayer encore et toujours. Des actes simples. Des idées simples. Des paroles simples. Qui sont pourtant si difficiles parfois. Faire une simple lessive demande une quantité d'efforts inimaginable.

Tous les jours un petit peu. Un petit peu tous les jours.

Je n'ai plus de notions. Plus de notion de temps, d'effort, de quantité, d'espace. Impression d'être enfermée dans un rôle qui ne me plaît pas. Il ne tient qu'à moi d'en sortir par certains côtés. Mais ce n'est pas si facile. Chaque action me demande un effort que j'ai beaucoup de mal à surmonter. Il paraît que c'est ça la dépression. Peut-être. Et si c'était juste de la simple paresse ? Ma mère le voit comme ça, même si elle insiste de temps en temps pour que j'aille voir mon médecin... Si elle savait... Si elle savait toute l'étendue de "Moi". Juste de moi, de mes névroses, de mes troubles, de mes douleurs, de mes envies de mourir, de mon envie de Vivre.
Mes "En-Vie", comme dirait une certaine Louve, vaste sujet. Et la peur. Toujours présente. La peur de tout, la peur de rien. Je n'ai plus de notions. Je suis déphasée. Je suis dans la marge, coincée derrière une ligne. Je voudrais dire que tout m'est égal, mais ce serait mentir. Tout m'importe. Tout me submerge. Je suis une éponge. Une éponge à sentiments, une éponge à nourriture, une éponge pour effacer, une éponge que le monde a imprégné, une éponge saturée, une éponge qui dégorge, une éponge qui regorge, de tout, de petits riens, de nimporte quoi.

Mais j'essaie. J'essaie quand même. Tous les jours un petit peu. Un petit peu tous les jours. Imperceptiblement. Lentement. Difficilement. Douloureusement.

Je promet. Je tiens, je ne tiens pas. Des promesses, encore et toujours des promesses. D'avenir, de vie, d'amour, de tout. Ce qui me fait tenir le coup, souvent, ce qui me fait lâcher la rampe, parfois.

Alors j'essaie. Je continue d'essayer.
Tous les jours un petit peu. Un petit peu tous les jours.

Partager cet article

Repost 0
Published by hécate - dans éphémère
commenter cet article

commentaires

Koulou (flegroll) 02/12/2008 16:02

Eh be...oui "rien que ça" comme tu dis. J'en ai fait l'expérience, nous avons tous la capacité de nous auto-détruire... Je pense que dans bien des situations que tu décris tu es dans ce processus d'auto-destruction. Pour celà tu mets en oeuvre des moyens habiles, qui ne furent pas les miens certes, mais apparemment ils sont très efficaces puisqu'ils te coupent du monde (tu es décalée dans tes horraires,) ils te privent de sommeil, d'équilibre, de repères (tantôt tu mange plus, tantôt tu manges trop, un coup tu te trouve trop maignre ou trop grosse... bref) et bien des choses encore fort éfficaces pour faire de toi un zombie plutôt qu'un être humain que pourtant tu es. Hélaas je parle d'agonie car les Zombies ne vivent pas vieux.
Le fait est que personne ne peut décider à ta place d'en finir avec cette auto destruction ou pas et d'aller vers la Vie, la vraie, ou pas... Ce choix t'appartient, il n'es ni bon ni mauvais, ni souhaitable ni regrettable. C'est ta liberté. La seule qu'on ait du reste, assumer de vivre ou nous détruire.

Koulou (flegroll) 02/12/2008 09:48

A te lire on aimerait être doué de quelques pouvoirs amagiques, et... abracadabra on te changerait en une personne libre et sereine. Hélas, il n'en est rien. Et tu es la seule à pouvoir te sortir de là, car tu n'appartiens qu'à toi et à nule autre. C'est donc à toi qu'il incombe de te "sauver". Je ne doute d'ailleurs pas que tu en ais les moyens. Nous, nous ne pouvons qu'assister impuissants à ton agonie ou ta renaissance selon vers où tu choisiras d'aller.

hécate 02/12/2008 15:21



... gulp... mon agonie... rien que ça... Ton commentaire me réjouit de bon matin koulou (oui pour moi c'est le matin na ! je ne m'embarasse plus des
convenances...) Bon en tous cas, si quelqu'un a la baguette, quelqu'un d'autre la forlmule et peut-être un troisième le pouvoir magique, on va peut-être y arriver non...


PS : C'est horrible je flotte dans le dernier jean que je me suis acheté, et ça me ravit... Alors que j'ai l'air du patate avec ce jean moulant que je peux
enlever sans déboutonner...



Cybèle 24/11/2008 16:22

C'est joli comme t'ecris...
tu y arriveras...
y'a pas de raisons...

hécate 24/11/2008 16:41


j'espère...


rémy 19/11/2008 18:13

un pas après l'autre
mot à mot
tu vaux mieux que Sisyphe et puis contrairement à lui tu n'es pas seule
Ne cesse de pas de continuer, petit à petit, c'est ce qu'il faut

hécate 19/11/2008 18:26



merci pour les encouragements. Ca m'a fait du bien d'écrire cet article et ça me fait du bien de lire ton commentaire...



Présentation

  • : éphémère et délétère
  • éphémère et délétère
  • : Le blog d'une anorexique-boulimique, angoissée, névrosée, scarifiée, dépressive de plus...
  • Contact

Un jour. Ailleurs.

Pages