Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Note aux lecteurs égarés ici :

Ceci est un blog somme toute assez personnel, voire intime. Je n'y publie pas régulièrement, au point que l'on pourrait se demander s'il a vraiment une utilité. Pour moi il en a une. Ce ne sont souvent que des billets d'humeur, parfois des réponses à des commentaires ou à des articles non-cités. Parfois c'est -très humblement- poétique, parfois c'est chirurgical. Parfois c'est très noir, voir gênant, parfois ce n'est que joie du quotidien. Sans transition. Parce que je suis ainsi, mais qu'il n'y a qu'ici que je peux faire sortir ça de cette façon.


Certains textes peuvent être violents, parce qu'ils parlent avec crudité de sexe, de troubles du comportement alimentaire, de dépression, ou de viol. Ceci est donc un avertissement à l'attention de ceux qui ne souhaitent pas s'y confronter.

11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 16:52

Eh bien, vois-tu, cette fois, il n'y aura pas d'adieus déchirants....
C'est bien trop fatiguant...

Partager cet article

Repost 0
Published by mlle B. - dans délétère
commenter cet article

commentaires

ppm00 15/11/2008 15:51

Tu peux toujours écrire dans NOTEPAD ou un éditeur de texte que tu sauvegardes régulièrement, et à la fin tu fais un copié collé dans le blog :)Se poser les questions avant c'est bien, je l'avais fait, mais quand il est arrivé, le bébé, toute la merde de l'enfance m'est remontée à la gueule. Je me suis retrouvé avec des réflexes immondes, qui m'ont fait peur moi même, comme de sourire quand il pleurait ... de rage de ne pas arriver à faire quelque chose, ou d'un "caprice". Je savais pourtant "cérébralement" que le caprice n'existe pas naturellement, le "besoin" existe, il peut paraître futile, mais pour le tout petit c'est la chose la plus importante du monde, alors c'est très sérieux. La plus grosse erreur qu'on fait est de raisonner en adulte, et de juger. Un enfant n'a pas les références, ni les frustrations et les névroses ajoutées par la société de merde dans laquelle on vit. C'est souvent lui qui a raison :-) humainement parlant.Mais je crois qu'il faut aussi dire non, ce que ma femme ne fait pas, et qui parfois mène à des (petites) catastrophes. C'est un gros motif de discorde entre nous. Laisser les portes extérieures ouvertes l'hivers, manger dans leur lit, sur le PC, manger des gâteau avant de manger, laisser son assiette tout bio au chat, des trucs qui me fâchent, et qui font que je suis parti de cet antre sans limites (ben, quand je me lève à 6H et qu'ils font la foire jusqu'à 2 heures du matin, en rigolant de mon sommeil, j'ai vraiment du mal à digérer.Pas de réponse toute faite encore une fois, je crois qu'il faut s'écouter soi-même, plus que les autres, et faire ce que l'on sent. On peut faire des horreurs en pensant bien faire, comme frapper un enfant, ce qui est une catastrophe psychiatrique, l'enfer est pavé de bonnes intentions, mais ce que l'on fait par amour, je crois que c'est toujours moins pire que le reste.Et puis toujours dire quand on se trompe, demander pardon, même dans le doute, parler de tout. Bref, tout ce que l'on a jamais réussi à faire dans notre couple. Parfois, je me dis que ma femme a peur de moi, qu'elle m'a épousé car j'étais un gars solide, gentil, avec un bon salaire, et que après 30 ans, elle commençait à se dire qu'il fallait y aller :) sujet toujours tabou.En tout cas, les enfants né sans violence (césarienne, ou péridurale + planning serré, time is money) sont des boules d'amour. Ils sont parfaitement bons à la naissance, et tout ce qu'on essaie de leur imposer est de la violence. Sous prétexte de les faire rentrer dans cette belle société dès les premiers jours, les socialiser à 6 mois !!! laissons leur le temps, l'enfance est faite pour grandir, pas pour être cassé dès la naissance. Et surtout apprenons ce que pourrait être la nature humaine en les regardant, ils sont des modèles.

hécate 15/11/2008 16:31


Je sais ça, mais pas envie, ça me saoule... J'suis chiante... (je parle du bloc-notes, hein ...)
Trop dur pour moi d'émerger aujourd'hui, un mal fou à me concentrer, je reviendrai répondre plus tard (ou pas)..
Merci encore une fois, en tous cas, pour tes commentaires...


ppm00 15/11/2008 11:20

==> c'était de bosser dur à l'école, de se trouver un bon travailCela ne gâte rien, mais je persiste à croire que je rôle de la maman est de s'occuper de ses enfants les premières années au moins, et surtout de ne pas s'en débarrasser dans une crèche ou une école dès le plus jeune âge. Avoir ce bagage permet surtout à la femme de ne pas se/être dévalorisée, et de pouvoir rebondir si son mec la lâche :)==> la psychanalyse me dirait peut-être que c'est pour combler une partie de mon enfance "volée"...La psychanalyse classique ne t'apportera pas grand chose je pense, une thérapie primale (genre stettbacher) peut à mon avis davantage. Sinon, j'ai moi aussi eu une enfance volée, et je n'avais pas envie d'enfant avant 30 ans. Un môme crêve de faim toutes les 5 secondes, je vais pas en faire un de plus, ça va pas non ? Et puis à 35 ans couic. Entre temps, j'ai vu des connaissances avoir des enfants, et j'étais toujours bien en compagnie des enfants des autres, c'est peut-être ça qui m'a décidé ... et ma femme qui à l'époque était amoureuse, à moins qu'elle n'ait obéi à une sorte de programmation.Avoir avorté une fois, je ne sais pas, je crois que quand on le fait c'est réfléchi. Ton corps avait dit "oui" alors cela veut dire quelque chose, mais je ne crois pas que cela amplifie le désir qui est là de toutes manières.==> "enfants-pansements"Oui, c'est la misère, mais souvent dans ce cas le couple est déjà un pansement, et pour sauver le couple on rajoute une deuxième couche de pansement :)==> J'envie les gens qui ont des enfants, et souvent je les admire..Moi, les gens qui ont des enfants me répugnent souvent, car je trouve qu'ils ne s'en occupent pas du tout. Je parle de statistiques.Quand je vais "dehors" je ne vois presque pas d'enfants dans notre société.Dans le train ? dans les magasins ? même en dehors des heures d'école ... où sont cachés les enfants ? Les nôtres sont toujours avec nous. Ma femme ne travaille pas, les enfants ne vont pas à l'école, ils sont toujours ensembles, et moi dès que je peux ... même si avec ma femme l'amour est mort depuis des années. Je fais un saut à bicyclette et je monte à la maison dès que je peux faire quelque-chose avec eux, ou simplement être avec eux. Je critique encore ma femme, car ils sont très souvent devant la TV, ou à jouer sur les PC :) Mais bon, nous aussi on est des PC-addicts ... peut-être qu'on est en train de devenir des homo-keyboardus.Mais moi, ce sont les enfants que j'admire ! pas les parents. A la naissance, un enfant est pur, 10%% humain, infirme, handicapé. Il faut être avec 24/24 pendant au mois 2 ans, l'allaiter à la demande, dormir avec ... et là tu découvres une petite boule d'amour, sans aucune violence, sans aggressivité, une image du paradis perdu, du bonheur qu'on a jamais connu.Ce ne sont que mes régurgitations, j'espère que cela te donne quelques idées ... je ne parle pas de réponse car il ne faut pas forcément toujours trouver des réponses à tout.Bises.

hécate 15/11/2008 15:11



Cette réponse est maudite... 2 fois que je l'écris... 2 fois que l'ordi plante...
Donc 3ème édition : Tout ça pour dire que j'aime beaucoup les commentaires que certains font, comme toi... Des commentaires qui n'apportent pas de réponse (loin de là), mais qui permettent de se
poser d'autres questions, de les affiner, qui donnent à réfléchir quoi !
Je suis d'accord avec beaucoup de choses que tu dis, même si pour moi certaines mériteraient des précisions, mais je ne vais pas en faire le détail ici, parce que si l'ordi replante, je vais
faire une crise de nerfs... :-)
J'aurais peut-être mieux dû expliquer ce que ma grand-mère m'a dit à mes 12 ans mais, ça serait un peu (beaucoup) long, parce que j'ai peur que tu ne l'aies pas entièrement compris... Je suis
totalement d'accord : on ne fait pas des enfants comme une "fin en soi", pour après les laisser à leur sort, s'en "débarrasser" d'une manière ou d'une autre... Un enfant demande du temps, de
l'amour, de l'attention, de la compréhension, et encore de l'amour, même si ça parait banal de le dire... Je n'admire, bien évidemment, pas toutes les personnes qui font des enfants... Certains
(et crois-moi j'en connais) méritent une bonne paire de claque. Exemple, une de nos connaissances a une fille, il est séparé de sa mère... Ce mec est déjà un peu "spécial", mais lorsqu'il a le
bonheur d'être avec sa fille, il ne change pas grand chose à son emploi du temps... Il l'emmène avec lui au bar, puis s'en "désintéresse", ce sont les autres (barman, et autres clients, dont
nous) qui "s'occupent" de sa fille et la surveillent quand elle s'éloigne un peu trop... Elle a 4 ans !! Je pense qu'un enfant doit avoir des libertés, des occasions de faire ses propres
expériences, mais qu'à cet âge, en particulier, il mérite un minimum de présence et de surveillance... A côté de ça, il a un côté très sévère avec elle... Il me fait penser par certains
côtés à mes parents, rarement présents dans mon enfance : crèche+nounou+ baby sitter+ grande soeur+grands-parents pour s'occuper de moi. On me poussait à savoir faire les choses par moi-même dès
toute petite, mais paradoxalement, je n'avais pas le droit de faire grand chose, je ne comprenais pas bien les "limites" je pense et au lieu de me les expliquer, c'était fessée et consigne dans
la chambre assez souvent... J'ai 12 ans d'écart avec ma soeur, et je ne comprenais pas bien pourquoi je n'avais pas le droit de faire les mêmes choses qu'elle. Ca me parait évident maintenant,
mais à l'époque on ne me l'a pas expliqué. Et j'ai bien sûr eu droit aux inévitables comparaisons : "qu'est-ce qu'on a fait pour avoir une enfant comme ça ? Ta soeur faisait tout bien elle...
Pourquoi t'es pas comme elle ?" etc.
Si je fais subir ça un jour à mes enfants, qu'on m'achève tout de suite ! C'est insultant cette comparaison de la part des personnes qui te sont le plus proches et qui t'ont donné la vie. Une
négation de ton individualité...
Je crois que je vais être obligée de faire un article... Il y a trop à dire... Sur les enfants, et sur mon enfance...



ppm00 15/11/2008 01:00

Et puis tu sais, rouler bourré, fumer, manger de la merde, tout cela peut-être considéré comme du suicide à petit feu. La vie est une maladie mortelle sexuellement transmissible.Moi, je crois que le suicide m'est impossible maintenant que j'ai des enfants : ils sont des concentrés d'amour, c'est impossible de vouloir leur faire le moindre mal. Pourtant, je leur ai déjà fait mal (quand notre couple est mort, et que je suis parti de la maison, même si je suis tout près). Cela me déchire quand je leur fait du mal. Tirer sa révérence, je crois que ce serait le pire. Quand j'ai des idées noires, je pense à eux, et elles s'envollent.

hécate 15/11/2008 01:55



Les enfants... Vaste sujet pour moi... J'ai un désir de maternité intense, immense, et silencieux, qui prend beaucoup de temps dans ma tête (moins que
la nourriture et mon corps, mais bon...) et cela depuis des années... On pourrait croire que j'ai été socialement conditionnée, mais étrangement, je viens d'une famille très féministe, où ma
grand-mère m'a expliqué à 12 ans qu'avec les hommes il fallait faire attention, et que surtout, il ne fallait pas se monter la tête, ne pas s'engager trop vite et que l'important en tout premier
lieu pour une femme "aujourd'hui" c'était de bosser dur à l'école, de se trouver un bon travail qui lui plaise et qui lui permette de s'assumer financièrement, avant de penser à quoi que ce soit
d'autres : homme sérieux, éventuellement mariage (même si elle n'est pas particulièrement pour), et enfants...
Ca pose la situation... Je ne sais pas si c'est en réaction contre cette éducation justement ou quoi, mais j'ai fait tout le contraire... Les hommes sont bien trop souvent passés avant ma propre
vie...
Et ce désir d'enfant, je l'ai depuis très très tôt... la psychanalyse me dirait peut-être que c'est pour combler une partie de mon enfance "volée"... Je ne sais pas... Mais c'est en moi. Dans mes
tripes, dans mon ventre, si plein et si vide. Le fait d'avoir déjà subi l'avortement est peut-être en cause aussi... Mais, malgré des "pulsions" très forte de ce côté-là, je sais bien que je
ne suis pas assez stable pour offrir ce qu'il faut à un enfant : économiquement, émotionnellement et psychologiquement... Certains font des "enfants-pansements", mais ce n'est pas mon
cas...
J'envie les gens qui ont des enfants, et souvent je les admire...



ppm00 15/11/2008 00:11

Les gens qui partent ne disent pas au revoir, je ne te provoque pas hein !Je crois que tu te suicides quand tu souffres trop, ce n'est pas une décision de mourrir. On ne se dit pas "je vais le faire" on se voit le faire, comme un spectateur, sans que la volonté ait de prise sur nous, comme dans un rêve.Enfin, c'est ma vision du suicide, je ne sais pas de quoi je parle, je ne suis même pas mort :)Pour en arriver là, il faut qu'il n'y ait plus un gramme d'amour dans ta vie, un chien, un chat, un rat peut t'en empêcher ! car les animaux nous aiment sincèrement eux.Je t'envoie un petit câlin.Bises.

hécate 15/11/2008 00:49



merde je suis pas prête de crever : 1chienne, 1 chatte, 1 chat et 1 homme (enfin je crois)...
Cela dit, à ma TS de l'été dernier, aucun animal... La chienne pas encore là et les chats sont arrivés avec l'homme... Mais je suis assez d'accord sur le fait de se voir compme dans un rêve...
L'été dernier, j'avais l'impression de "ne pas être là" que  c'était quelqu'un d'autre qui avalait tous ces cachets... Mais, j'avais quand même posté un très très court message sur mon blog,
à peine une phrase... Pour ce qui est de la dernière fois, je n'en parlerai pas pour l'instant...
Enfin, tout est subjectif de toutes manières, chacun à sa manière de voir les choses...



Cybèle 11/11/2008 20:44

ce qui veut dire??ce message est il en rapport avec ta vie privée?bises

hécate 13/11/2008 16:46



Je ne t'ai pas répondu tout de suite, parce que je ne savais pas quoi te répondre... Mais, c'est une envie de crever... Un désespoir intense et permanent...
C'était des adieus... Courts...



Présentation

  • : éphémère et délétère
  • éphémère et délétère
  • : Le blog d'une anorexique-boulimique, angoissée, névrosée, scarifiée, dépressive de plus...
  • Contact

Un jour. Ailleurs.

Pages