Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Note aux lecteurs égarés ici :

Ceci est un blog somme toute assez personnel, voire intime. Je n'y publie pas régulièrement, au point que l'on pourrait se demander s'il a vraiment une utilité. Pour moi il en a une. Ce ne sont souvent que des billets d'humeur, parfois des réponses à des commentaires ou à des articles non-cités. Parfois c'est -très humblement- poétique, parfois c'est chirurgical. Parfois c'est très noir, voir gênant, parfois ce n'est que joie du quotidien. Sans transition. Parce que je suis ainsi, mais qu'il n'y a qu'ici que je peux faire sortir ça de cette façon.


Certains textes peuvent être violents, parce qu'ils parlent avec crudité de sexe, de troubles du comportement alimentaire, de dépression, ou de viol. Ceci est donc un avertissement à l'attention de ceux qui ne souhaitent pas s'y confronter.

23 octobre 2008 4 23 /10 /octobre /2008 02:50

Je me hais... Si vous saviez comme je me hais... Je hais cette bouée moelleuse qui m'entoure... Je hais cette peau, cette graisse sur mes hanches, mon ventre et mes cuisses... Je hais mes seins, ces grosses mamelles... Je hais mes joues, je hais mes bras... Je me hais tout entière, des orteils aux cheveux... Je ne sais pas d'où me vient cette haine pour mon corps. Enfin, si, je m'en doute un peu... Mais, qu'y faire ? Il y a des jours où je rêve d'être une "vraie" anorexique, une anorexique restrictive, un véritable tas d'os. Oui, ces filles me fascinent, c'est dur à avouer, surtout que je sais très bien par quoi elles passent... Je sais qu'elles sont souvent encore plus mal que moi... Mais je voudrais tellement leur ressembler... C'est c**, hein ?  Je crois que c'est une première, cet aveu de fascination. Mais, c'est ça aussi être anorexique-boulimique ou anorexique compulsive, je pense... Avoir cette sensation d'être une "anorexique ratée"... Je ne suis pas idiote. Je sais bien qu'il n'y a pas d'anorexique réussie. Que ce n'est qu'une foutue maladie. Je me hais encore plus d'avouer cette envie de leur ressembler... Elles auraient tant de raisons, elles-aussi, de me haïr de dire des choses pareilles... Mais, c'est en moi. Je ne peux pas m'empêcher d'être fascinée... Je rêve de ne plus jamais être boulimique, de ne plus jamais vomir, de ne plus jamais être énorme... L'anorexie n'est pas une solution, mais mes yeux et ma tête n'arrivent pas à coordonner le raisonnable avec ce que je suis.

Je suis un monstre, j'ai honte de moi, de ce que je suis, de mon corps, de ma tête, de ce qu'il y dedans... Je suis monstrueuse.... Je sais que je suis folle. Je commence vraiment à l'entrapercevoir, avec un éclair de lucidité. Ce n'est plus une question que je me pose, ça commence à devenir une certitude. Je n'ai pas de problèmes : je SUIS un problème...

Un gros problème ambulant sur pattes. Un monstre sans âme. Un monstre sans formes, ou avec trop de formes, je ne sais plus...
Je suis folle. Ca me crève les yeux. Mes envies morbides me reprennent...  Je ne suis plus à une erreur près. Je me hais, que dire de plus. Que je voudrais me vomir jusqu'à faire sortir le monstre qui est en moi ? Je hais l'anorexie. Je hais la boulimie. L'anorexie si fascinante, si glamour, si obscédante. La boulimie, si... rien du tout...
La boulimie, c'est dégoutant, c'est se remplir, c'est se gaver comme une oie, c'est vomir. Le vomi, c'est beau ? Non, je ne crois pas. Et quand il ricoche sur l'eau dans la cuvette des toilettes et qu'il vous revient en pleine face, vous éclaboussant pour vous rappeler ce que vous êtes : un monstre ; vous croyez que c'est encore beau ? C'est horrible... Je suis contente quand je ch**. Qui peut aimer passer son temps dans ses toilettes ? Cet endroit, si exigu, si vide, si propre et si sale à la fois. Je passe moins de temps dans mon lit que dans mes gogues, il me semble. Quand je vous dis que je suis un monstre.


La rechute est maintenant bien évidente, pire que les précédentes. Qui me renvoie mes démons, mes obscessions, mes idées noires, mon passé, ma cuvette, mon vomi, ma graisse, en pleine face. Bang ! Crochet du droit, uppercut pour m'achever... Je ne peux même pas en parler à ceux qui me sont proches, j'ai trop honte, trop peur.

Je suis un déchet, une ordure... La peau me démange. Je voudrais l'arracher. Je voudrais tout enlever, qu'il n'y aie plus que moi. Moi seule, toute seule, roulée en boule. Moi, contre le monde entier. Moi, contre ma cuvette de WC.

Partager cet article

Repost 0
Published by Mlle B. - dans délétère
commenter cet article

commentaires

Gaby 28/12/2008 18:04

Trop dure envers toi même. Tu n'es pas un monstre, non, loin de là.Mais bon je connais ça... alors je pense pouvoir dire que "je te comprends".Etre une "vraie anorexique", comme tu dis, ce n'est pas mieux ! Même peut-être pire... Toujours vouloir perdre encore un petit kilo en trop, et encore un, et un autre... De "femme" ou du moins "grande ado", on redevient petite fille. Notre corps a tellement "rétréci" sans que l'on ne s'en rende compte... On a en arrive au point de devoir aller acheter ses fringues au rayon enfant parce que même le XS, on flotte dedans... Et même quand on en arrive là, ça ne nous fait pas réagir, on continue à vouloir perdre encore et encore, inlassablement... cercle vicieux.Avant on nous disait "mademoiselle" et on nous vouvoyait, maintenant l'enfant dans la rue tenant la main de sa mère lui demande "pourquoi la fille là bas elle est comme ça", les adultes nous disent "tu", on n'est plus, si ce n'est qu'un petit être insignifiant.Les gens on pitié de nous, mais ils ne peuvent rien faire alors ils nous ignorent, détournent la tête et accèlèrent le pas...Et même lorsque l'on est devenu invisible, on continue.Enfin bon mon commentaire ne sert à rien, ce n'est pas ce que je dis qui va t'aider, excuse moi...

ephemere-deletere 29/12/2008 03:40



Oui, il m'arrive d'être dure envers moi-même... Mais me libérer dans mes articles me fait du bien aussi. Quand je dis que je suis un monstre, je parle de mon
esprit évidemment. Mon esprit tordu qui me fait par exemple envier les anorexiques-fildefériques, alors que je sais très bien que ce n'est "pas mieux" comme tu le dis toi-même...
Mais je suis aussi comme ça, à vouloir perdre ce petit kilos et ensuite le suivant et encore celui d'après... Seulement, chez moi c'est cyclique, je "fonctionne" ainsi pendant des mois, et
ensuite, subitement, je retombe dans l'hyperphagie... C'est assez étrange, en fait, je suis en train de m'en rendre compte...
Ton commentaire ne sert pas à rien, bien au contraire. Il me permet de voir que d'autres savent aussi ce que c'est... Il m'arrive de l'oublier parfois... Il me permet de recentrer un peu ma
vision des choses... Tu n'as pas à t'excuser pour les réactions que te donne mon texte... ^^.
Bises à toi.



Koulou 31/10/2008 13:02

je vais aller lire ça...

Koulou 31/10/2008 11:12

Oups... j'oubliais les bisous... :0010: :0010: :0091:

hécate 31/10/2008 12:16



Hihi... Bisous tout plein, cher Lecteur Privilégié



Koulou 31/10/2008 11:12

du flan ! teon com est la preuve que tu comprends tout très bien... hu hu ... pas si blonde que ça à l'intérieur en vrai hé hé... Bien sûr, y'a des passages difficiles ou douloureux, jusqu'au moment où l'on comprends qu'ils le sont parce qu'on le veux bien, parce qu'on fait certaines choses pour qu'ils le soient.... ensuite, ce ne sont plus que des souvenirs dont on sourit, heureux et fier du chemin parcouru. content de voir que ça va plutôt bien ;) (tu as le droit de te sentir bien, même si ça te parait "illogique" au regard de ton histoire).Le bonheur est notre état naturel, sans qu'on ai besoin de cause extérieur, car la cause de la joie est intérieur... quand nous ne sommes pas heureux, c'est que nous nous empêchons de l'être par des moyens habiles. Faut dire qu'on est tellement attaché à notre histoires, toutes ces aventures et ces déboires, ces problèmes qu'on a vécu et qui nous rendent malheureux... être soudain jeureux serait les trahir... pense-t-on.... on pense bien pal parfois ;)    

hécate 31/10/2008 12:16



Décidément, aujourd'hui, je suis fatiguée, les réponses ne viennent pas... Mais bon... J'espère que tu as vu que j'ai essayé de répondre au mieux à ton comm
dans mon nouvel article... En étant la plus honnête possible.. Voilà...



Koulou 30/10/2008 23:29

voyager vers soi-même, j'entends par là son "vrai" soi, celui qui est vivant, lumineux, ne saurait être malsain. C'est la plus belle chose qu'on puisse faire.... ensuite, tu peux y aller avec des intentions malsaines au départ, mais ce n'est là que peu de chose en comparaison de l'intérêt du voyage.

hécate 31/10/2008 03:01



Je pensais plutôt à ce qu'on peut trouver de malsain entre la surface et le "vrai" soi... Tellement de couches... Beaucoup de boulot, de peurs, de pleurs, de
douleurs... Peut-être du bonheur à la fin, je ne sais pas... Je suis encore loin de là, même si ce soir je suis bien (pas trop mal ??)... Merci encore à toi Koulou pour tes commentaires toujours
aussi intéressants... et parfois fatiguants... (Mais je suis blonde, N** D* D*** !!! Faut que je le dise en quelle langue pour qu'on comprenne que je ne comprends pas....) MDR.



Présentation

  • : éphémère et délétère
  • éphémère et délétère
  • : Le blog d'une anorexique-boulimique, angoissée, névrosée, scarifiée, dépressive de plus...
  • Contact

Un jour. Ailleurs.

Pages