Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Note aux lecteurs égarés ici :

Ceci est un blog somme toute assez personnel, voire intime. Je n'y publie pas régulièrement, au point que l'on pourrait se demander s'il a vraiment une utilité. Pour moi il en a une. Ce ne sont souvent que des billets d'humeur, parfois des réponses à des commentaires ou à des articles non-cités. Parfois c'est -très humblement- poétique, parfois c'est chirurgical. Parfois c'est très noir, voir gênant, parfois ce n'est que joie du quotidien. Sans transition. Parce que je suis ainsi, mais qu'il n'y a qu'ici que je peux faire sortir ça de cette façon.


Certains textes peuvent être violents, parce qu'ils parlent avec crudité de sexe, de troubles du comportement alimentaire, de dépression, ou de viol. Ceci est donc un avertissement à l'attention de ceux qui ne souhaitent pas s'y confronter.

29 juillet 2016 5 29 /07 /juillet /2016 00:59

La phrase résonne dans ma tête, je la murmure, la chuchote, la prononce, et la crie au milieu de la nuit. Je ne veux plus manquer à ma vie.

JE NE VEUX PLUS MANQUER A MA VIE.

Je me le dois à moi-même.

 

Je ne suis pas passée par tout ce que je suis passée pour rester là à végéter dans cette semi-conscience et cette peur. J'ai le droit d'être aimée complètement, entièrement. J'ai le droit à la vie. J'ai le droit de dire non, de refuser. J'ai le droit de ne plus vouloir vivre cette vie de faux-semblants. Je n'en peux plus d'être paralysée par la peur. La peur de rater, de me tromper, de manquer à ma vie en faisant le mauvais choix. C'est cette peur, cette terreur qui me paralyse et qui me fait manquer ma vie, mes émotions, mon bonheur. J'ai perdu 10 ans sinon 15 de ma vie, percluse de cette terreur et JE NE VEUX PLUS.

 

J'ai le droit de choisir. J'ai le droit de me tromper. Me tromper serait moins pire que cette paralysie. Je le dois à moi-même, à la personne que j'ai pu être, je le dois à ma survie, à la force déployée pour dépasser tout ce que j'ai vécu. Je me le dois pour faire mentir tous ceux qui m'ont enterrée vivante, enfermée dans ma coquille, tous ceux qui m'ont blessée, lacérée, déchiquetée en lambeaux.

Les lambeaux de moi ont été dispersés par le vent ?

 

ET ALORS ?!

 

C'est ce que je suis.

Une force vive, éclatée, en plusieurs morceaux, dispersée, pleurant, hurlant, riant comme une démente.

C'est ce que je suis.

Personne ne me l'enlèvera, même pas la partie de moi, timorée, qui n'ose pas bouger un orteil de peur de mal faire, de peur de l'erreur. Si je dois être une tornade un jour et une douce brise le lendemain, hé bien tant pis. Ou tant mieux. Que je sois tornade et brise à la fois. Je me le dois.

Le monde me le doit.

 

Qu'importe si je brise des branches au passage, qu'importe si je m'arrête en me prenant un mur.

Je suis le vent, la tempête et l'accalmie.

 

Je ne veux plus avoir peur, je ne veux plus attendre passivement, je ne veux plus me laisser porter par le courant.

 

JE SERAI LE COURANT.

Partager cet article

Repost 0
Published by Ursidéa Bé - dans éphémère
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : éphémère et délétère
  • éphémère et délétère
  • : Le blog d'une anorexique-boulimique, angoissée, névrosée, scarifiée, dépressive de plus...
  • Contact

Un jour. Ailleurs.

Pages